Les Ressources Plongée | Dune Atlantis Bali

La navigation peut s’avérer écrasante lorsque vous essayez de suivre les autres. En apprenant à naviguer sous l’eau, vous minimiserez la fréquence à laquelle vous êtes désorienté, et si cela se produit, vous comprendrez plus rapidement où vous vous êtes égaré. Ne laissez pas cela vous intimider. Il y a deux types de plongeurs : ceux qui ont été perdus sous l’eau, et ceux qui ne veulent pas l’admettre..

Basic Compass Navigation | Atlantis Bali Diving

Savoir naviguer rend votre aventure sous-marine plus amusante pour plusieurs raisons. Cela vous permet de planifier votre plongée afin de ne pas perdre de temps et d’air à essayer de trouver les meilleures parties du récif. Ainsi, vous finirez votre plongée près de votre point de sortie avec encore une réserve d’air. En sachant constamment où vous êtes, vous pouvez vous diriger directement vers le bateau ou la rive en cas de problème. Aussi, vous savez ce que vous n’avez pas encore exploré. S’il y a quelque chose dans la zone que vous souhaitez éviter, c’est possible en sachant naviguer. Lorsque vous êtes perdu vous avez tendance à nager en cercle, or, la navigation boussole vous aide à nager sur une ligne droite.

 

Avec l’expérience, vous apprendrez à naviguer en suivant les repères que vous trouverez dans l’environnement, mais une boussole sous-marine rendra votre navigation plus simple et plus précise. Par ailleurs, un plongeur qui a exploré le site en question des millions de fois sera également un excellent repère à suivre.

La navigation boussole fonctionne de la manière suivante : votre boussole garde en mémoire le pôle nord et par rapport à ce qu’elle indique, vous pouvez en déduire la position. Plus de détails vous aideront, mais c’est le principe de base d’une boussole. Commencez par les 4 caractéristiques que vous trouverez sur généralement toutes les boussoles sous-marines.

 

Une fois à bord du bateau, enlevez vos affaires du pont. Une plate-forme encombrée peut faire trébucher les passagers et les casser si les plongeurs marchent dessus. Rangez votre équipement directement dans votre sac lorsque vous le retirez, sécurisez votre réservoir et rangez les accessoires de manière appropriée.

Après le dernier plongeon à Bali, essayez de remballer votre équipement avant que le bateau ne redémarre, car, il est généralement plus facile de faire vos bagages lorsque le bateau est posé. Sur un bateau affrété, faites attention aux directives de l’équipage concernant les appels pré et post plongée, le rangement de l’équipement, etc.

Lors de votre première plongée sous-marine à Bali, regardez les plongeurs expérimentés et apprenez d’eux. Les procédures de plongée sous-marine en bateau à Bali sont pour la plupart du bon sens et pas particulièrement difficiles.

Presque tous les cas de d’incident de décompression nécessitent un traitement dans une chambre de recompression, pendant laquelle le plongeur est remis sous pression pour aider le corps à absorber les bulles dans les tissus. Ce traitement prend généralement plusieurs heures, nécessite l’utilisation d’oxygène pur. Ne laissez pas un plongeur soupçonné d’avoir une maladie de décompression de retourner sous l’eau. Les tentatives de traitement d’un plongeur sous l’eau se terminent généralement par une aggravation des symptômes et des résultats désastreux, et ne font que retarder l’obtention d’un traitement approprié.

Bien que la maladie de décompression soit une maladie grave, à la fois douloureuse et potentiellement mortelle, elle est évitée en suivant correctement les limites de temps et de profondeur établies pour les tables de plongée et les ordinateurs de plongée. Les blessures dues aux poumons lors de l’expansion sont également graves, douloureuses et potentiellement mortelles, mais évitées en respirant continuellement et en ne retenant jamais votre souffle. Un autre facteur important dans la prévention des maladies liées à la décompression est une vitesse de montée lente et sûre avec un arrêt pour la sécurité à 5 mètres / 15 pieds. Vous en apprendrez plus sur cet arrêt dans la section cinq.

In Section Four you learned the basics for diving with dive tables and dive computers, but there are some additional procedures that you need to know about. These involve procedures for enhanced safety, for accidentally exceeding your no-stop limit, and for diving at altitude or ascending to altitude after diving.

Safety Stop 
Although as a recreational diver you plan only no decompression dives that allow you to ascend directly and continuously to the surface, most of the time you’ll want to make a safety stop for added conservatism. A safety up provides extra time for your body to eliminate nitrogen, and it gives you a moment to stabilize and control your ascent tie before continuing to the surface.
 


To make a safety stop, you stop your ascent the 3 to 6 metre/10 to 20 foot range usually at 5 metres/15 feet for three minutes or longer. It’s easiest to do this holding into or on an ascending slope, but you can also hover in midwater where appropriate.

You plan your dive so you can make a safety stop and still reach the surface with 20-40 bar/300-500 psi or more air remaining in your cylinder.

You may make a safety stop at the end of any dive, and in fact, you should consider it a standard practice on virtually all your dives. However, consider a safety stop required if:

  • Your dive has been to 30 metres/100 feet or deeper.
  •  
  • Your pressure group at the end of the dive is within three pressure groups of the no decompression limit on the RDP.
  •  
  • You reach any limit on the Recreational Dive planner or your dive computer. With a dive computer, this would be if your computer shows zero NDL time remaining at any point in the dive.

When using the RDP, in these circumstances the safety stop is considered required.
You may wonder whether you need to account I for safety stop time when using the RDP. You don’t need to add safety stop to your bottom time when using the Recreational Dive Planner. A computer will process safety stop time automatically.

Keep in mind that, although you should make safety stops a regular procedure for all your dives, it’s optional under circumstances such as very low air (due to unforeseen circumstances during the dive), assisting another diver, or rising bad weather make it more important to get to the surface immediately.

Emergency Decompression
You plan your dive as a no decompression dive but emergency decompression stop to allow your body to eliminate nitrogen; without this stop, you face an unacceptable of DCS when you surface.

You exceed a no decompression limit or an adjusted no decompression limit by more than five minutes, 5 metre/15 foot stop for no less than 15 minutes is strongly urged, air supply permitting, you must remain out of the water at least 24 hours before diving again, due to the excess nitrogen in your body.

When making a emergency as close to 5 metres/15 feet as possible. If you don’t have enough air for the emergency decompression stop, stay as long as you can, saving enough air to surface and exit safely. Discontinue diving for no less than 24 hours. Breathe pure oxygen if available and monitor yourself for decompression sickness symptoms.

Using a dive computer: If you exceed your computer’s no decompression limits, it will go into decompression mode, which guides you through the emergency decompression top. Computers differ in how they function in decompression mode. So consult the manufacturer’s literature for the specifics for your computer. Many will show emergency decompression stops at 3 metres/10 feet instead of 5 metres/15 feet: stopping at 5 metres/15 feet until the computer says you can surface will still work, though, because the computer calculates the stop based on your actual depth. It may take a bit 1 on; than the time indicated for a stop at 3 metres/10 feet.

It’s not recommended that you make a repetitive after a dive requiring emergency decompression. Emergency decompression stops differ from safety stops in that an emergency decompression stop must be made or there is an excessive risk of decompression sickness, and that is an emergency procedure.

Altitude Diving. Thinking back to Section One, you recall that as you ascend in air, pressure decreases. Dive tables and most computers give you their no decompression limits based on a dive ending at sea level: if you’re under less pressure at altitude, nitrogen comes out of solution more following a given dive, making decompression sickness more likely.

You can use the Recreational Dive Planner for diving to altitudes as high as 300 metres/1000 feet. Above 300 metres/1000 feet, you need special conversion tables and procedures to account for the decreased atmospheric pressure or you can run an unacceptable risk of DCI.
 


The procedures for diving at altitude with a dive computer vary with the computer. Some automatically compensate for altitude, where as with others You’ll need to tell the computer your altitude. There are a few older models that you can’t use at altitude.

You also need to think about lowered atmospheric pressure if you plan to fly after diving. While this concern is similar to altitude diving, it’s not identical. When you dive at altitude, you dive and return to reduced atmospheric pressure. When you fly after diving, you dive and return to normal atmospheric pressure, then expose yourself to further pressure reduction.

The dive medical community offers the following general recommendations for flying after diving. whether you’re using the RDP. another table or a dive computer:

For Dives within the No-Decompression Limits. 

  • Single Dives – A minimum pre interval of’ 12 hours is suggested.
  •  
  • Repetitive Dives and/or Multiday Dives A minimum preflight surface interval of 18 hours in suggested For Dives Requiring Decompression Stop.
  •  
  • A minimum preflight surface interval of 18 hours in suggested.

Flying after diving recommendations change over time. These are current at the time of printing. Always check with your instructor to stay apprised of the most current ones.

For Dives Requiring Decompression Stops
As with dive tables and computers, no flaying diving after diving recommendation can guarantee that decompression sickness will never occur. These guidelines represent the best estimate presently known for a conservative. safe surface interval for the vast majority of divers. There always may be an occasional diver whose physiological makeup or special dive circum tances result in decompression sickness despite following the recommendations.

You’re responsible for your own dive safety and behavior. Flying after diving recommendations change as we learn more about how pressure changes affect the body: stay current and follow the most current recommendations.

There are currently no recommendations for driving to altitude after diving, so the most prudent practice is to be conservative. The longer you wait before you go, the lower your risk. You may check with a local dive center, resort or instructor to see if divers in the area follow a particular recommended or protocol.

If you get cold or exercise a lot during a dive, you may end your dive with more excess nitrogen in your body than calculated by your dive table or computer. When using the RDP for planning a dive in cold water or under conditions that may be more strenuous than usualy, plan our dive as though the depth were 4 metres/10 feet deeper than it actually is.

How you handle this with a dive computer depends on the computer. A few sophisticated models track the water temperature and your breathing rate and automatically readjust to more conservative no stop times when necessary. For others, you can set the computer to be more conservative by using the altitude setting and setting it to an altitude higher than, you actually are, or by connecting the dive computer to a personal computer (requires special hardware and software). However. you have to make these setting before the dive. If you can t set your computer to be more conservative

1.When using the RDP. you need to use special dive procedures above what altitude?
2 The minimum recommended surface interval for flying after diving is
3.Using the RDP. under cold and strenuous conditions you plan your dive as though:

a. It were at altitude.
b. It were 4 m/10 ft deeper than actual.
c. It were 4 m/10 ft shallower than actual.
d. None of the above.

Computer Procedures 2

You may make a safety stop at the end of any dive, and in fact, you should consider it a standard practice on virtually all your dives. However, consider a safety stop required if:

  • Your dive has been to 30 metres/100 feet or deeper.
  •  
  • Your pressure group at the end of the dive is within three pressure groups of the no decompression limit on the RDP.
  •  
  • You reach any limit on the Recreational Dive planner or your dive computer. With a dive computer, this would be if your computer shows zero NDL time remaining at any point in the dive.

When using the RDP, in these circumstances the safety stop is considered required.
You may wonder whether you need to account I for safety stop time when using the RDP. You don’t need to add safety stop to your bottom time when using the Recreational Dive Planner. A computer will process safety stop time automatically.

Keep in mind that, although you should make safety stops a regular procedure for all your dives, it’s optional under circumstances such as very low air (due to unforeseen circumstances during the dive), assisting another diver, or rising bad weather make it more important to get to the surface immediately.

Emergency Decompression
You plan your dive as a no decompression dive but emergency decompression stop to allow your body to eliminate nitrogen; without this stop, you face an unacceptable of DCS when you surface.

 

Computer Procedures 3

You exceed a no decompression limit or an adjusted no decompression limit by more than five minutes, 5 metre/15 foot stop for no less than 15 minutes is strongly urged, air supply permitting, you must remain out of the water at least 24 hours before diving again, due to the excess nitrogen in your body.

When making a emergency as close to 5 metres/15 feet as possible. If you don’t have enough air for the emergency decompression stop, stay as long as you can, saving enough air to surface and exit safely. Discontinue diving for no less than 24 hours. Breathe pure oxygen if available and monitor yourself for decompression sickness symptoms.

Using a dive computer: If you exceed your computer’s no decompression limits, it will go into decompression mode, which guides you through the emergency decompression top. Computers differ in how they function in decompression mode. So consult the manufacturer’s literature for the specifics for your computer. Many will show emergency decompression stops at 3 metres/10 feet instead of 5 metres/15 feet: stopping at 5 metres/15 feet until the computer says you can surface will still work, though, because the computer calculates the stop based on your actual depth. It may take a bit 1 on; than the time indicated for a stop at 3 metres/10 feet.

It’s not recommended that you make a repetitive after a dive requiring emergency decompression. Emergency decompression stops differ from safety stops in that an emergency decompression stop must be made or there is an excessive risk of decompression sickness, and that is an emergency procedure.

 

Computer Procedures 4

Altitude Diving. Thinking back to Section One, you recall that as you ascend in air, pressure decreases. Dive tables and most computers give you their no decompression limits based on a dive ending at sea level: if you’re under less pressure at altitude, nitrogen comes out of solution more following a given dive, making decompression sickness more likely.

You can use the Recreational Dive Planner for diving to altitudes as high as 300 metres/1000 feet. Above 300 metres/1000 feet, you need special conversion tables and procedures to account for the decreased atmospheric pressure or you can run an unacceptable risk of DCI.
 


The procedures for diving at altitude with a dive computer vary with the computer. Some automatically compensate for altitude, where as with others You’ll need to tell the computer your altitude. There are a few older models that you can’t use at altitude.

You also need to think about lowered atmospheric pressure if you plan to fly after diving. While this concern is similar to altitude diving, it’s not identical. When you dive at altitude, you dive and return to reduced atmospheric pressure. When you fly after diving, you dive and return to normal atmospheric pressure, then expose yourself to further pressure reduction.

 

Computer Procedures 5

The dive medical community offers the following general recommendations for flying after diving. whether you’re using the RDP. another table or a dive computer:

For Dives within the No-Decompression Limits. 

  • Single Dives – A minimum pre interval of’ 12 hours is suggested.
  •  
  • Repetitive Dives and/or Multiday Dives A minimum preflight surface interval of 18 hours in suggested For Dives Requiring Decompression Stop.
  •  
  • A minimum preflight surface interval of 18 hours in suggested.

Flying after diving recommendations change over time. These are current at the time of printing. Always check with your instructor to stay apprised of the most current ones.

For Dives Requiring Decompression Stops
As with dive tables and computers, no flaying diving after diving recommendation can guarantee that decompression sickness will never occur. These guidelines represent the best estimate presently known for a conservative. safe surface interval for the vast majority of divers. There always may be an occasional diver whose physiological makeup or special dive circum tances result in decompression sickness despite following the recommendations.

You’re responsible for your own dive safety and behavior. Flying after diving recommendations change as we learn more about how pressure changes affect the body: stay current and follow the most current recommendations.

 

Computer Procedures 6

There are currently no recommendations for driving to altitude after diving, so the most prudent practice is to be conservative. The longer you wait before you go, the lower your risk. You may check with a local dive center, resort or instructor to see if divers in the area follow a particular recommended or protocol.

If you get cold or exercise a lot during a dive, you may end your dive with more excess nitrogen in your body than calculated by your dive table or computer. When using the RDP for planning a dive in cold water or under conditions that may be more strenuous than usualy, plan our dive as though the depth were 4 metres/10 feet deeper than it actually is.

How you handle this with a dive computer depends on the computer. A few sophisticated models track the water temperature and your breathing rate and automatically readjust to more conservative no stop times when necessary. For others, you can set the computer to be more conservative by using the altitude setting and setting it to an altitude higher than, you actually are, or by connecting the dive computer to a personal computer (requires special hardware and software). However. you have to make these setting before the dive. If you can t set your computer to be more conservative

1.When using the RDP. you need to use special dive procedures above what altitude?
2 The minimum recommended surface interval for flying after diving is
3.Using the RDP. under cold and strenuous conditions you plan your dive as though:

a. It were at altitude.
b. It were 4 m/10 ft deeper than actual.
c. It were 4 m/10 ft shallower than actual.
d. None of the above.

Les cours de sauvetages en plongée sont amusants et sérieux. Vous acquerrez un tas de nouvelles compétences que vous n’utiliserez jamais, espérons le. C’est un cours exigeant mais stimulant que vous adorerez. Pratiquement tous ceux qui suivent ce cours le citent comme l’un des cours les plus gratifiants qu’ils aient suivi. Bien que difficile, vous n’avez pas besoin d’être un athlète, vous apprenez des techniques de sauvetage adaptées à vos caractéristiques physiques et à votre niveau de forme physique.

Pendant le cours, vous apprendrez à affiner et développer davantage vos compétences en matière de prévention et de gestion des accidents. Vous apprendrez également à gérer une situation d’urgence si jamais vous êtes confronté à cela.

Emergency First Response :
Comme dans le programme de première intervention d’urgence, vous apprenez des compétences dont vous espérez ne jamais avoir besoin, mais vous serez content de les connaître. La première intervention d’urgence combine la CPR et les premiers soins en un seul cours (à un niveau profane les mêmes protocoles d’urgence utilisés par les ambulanciers et les médecins). Vos amis non plongeurs peuvent suivre ce cours avec vous. Cela peut faire une grande différence, même quand vous ne plongez pas.

Maitre plongeur.
Le niveau PADI Maitre plongeur est le niveau non professionnel le plus élevé en plongée amateur. Ce niveau prestigieux signifie que vous avez développé des compétences et de l’expérience dans un grand nombre d’activités et d’environnements de plongée. Qu’est-ce que fait un Maitre plongeur ? Obtenez le PADI Advanced Open Water Diver, le PADI Rescue Diver et cinq certifications PADI Specialty Diver.

Devenez Pro.
À un certain moment, vous pouvez décider de faire de la plongée une profession à temps plein ou à temps partiel. Pour un grand nombre de personnes, il vaut mieux travailler dans un bureau mais meme si vous travaillez dans un bureau, vous pouvez tout de même devenir professionnel. Est-ce que tout cela semble trop loin ? Pas de soucis, vous n’avez pas besoin de regarder aussi loin. Mais cela vous donnera une idée de comment votre instructeur et le personnel de l’instructeur sont arrivés là où ils sont.

Ensuite, rejoignez un club de plongée. Votre centre de plongée PADI ou Resort en possède probablement un ou en connaît un, qui est probablement un club local de la communauté de plongée PADI (que vous voudrez également rejoindre). La plupart de ces organisations coordonnent des activités, des plongées, des événements et d’autres divertissements liés à la plongée. Ainsi, vous rencontrerez d’autres personnes avec qui vous pourrez plonger. Ne vous inquiétez pas si vous êtes un amateur de plongée. Chaque groupe de plongée a des membres de tous les niveaux d’expérience. Ils planifient les activités en conséquence.

Lieux

Une excellente façon de rencontrer des gens est de faire un voyage plongée organisé par votre centre de plongée PADI ou Resort. Bien qu’une destination de plongée exotique ait le plus d’attrait, ne laissez pas le temps et l’argent limiter votre réflexion. La plupart des associations de plongée offrent des excursions de plongée locale, donc près de la maison. Vous pourriez être surpris de voir à quel point vous pourrez y prendre du plaisir.

Activités

La plongée n’est pas seulement nager autour d’un spot sous-marin. La plongée doit être personnelle. Il s’agit d’acquérir les compétences dont vous avez besoin pour visiter de nouveaux sites de plongée que vous voulez voir. Il s’agit également d’avoir l’équipement que vous voulez afin que la plongée vous emmène dans les aventures que vous pensez mériter; afin qu’il vous présente les défis que vous pensez relever, et que la plongée croisse avec vous et vous récompense toujours.

Vous seul pouvez dire si cela implique de relever des défis artistiques comme la photographie sous-marine et la vidéographie, des défis de compétences comme la navigation ou la recherche et la récupération d’objets perdus ou des défis techniques comme la plongée profonde ou la plongée en air enrichi. Mais reconnaissez que la plongée sous-marine n’est pas qu’une activité, mais une porte à travers laquelle vous atteignez des centaines d’activités sous-marines. Trouvez ce qui enflamme votre coeur et vous éprouverez ce qui échappe à beaucoup de gens : une passion brûlante pour ce que vous faites.

Le drapeau approprié dépend de l’endroit et des conditions dans lesquelles vous plongez. Un drapeau de plongée est soit un rectangle rouge avec une bande blanche en diagonale, soit un fanion bleu et blanc à double queue (drapeau Alpha). Il doit être assez grand pour être vu à au moins 100 mètres. Dans certains cas, vous devrez peut-être piloter les deux drapeaux, en particulier lors de la plongée en bateau.

Lorsque vous plongez d’un bateau, placez le drapeau de plongée sur un mât, une antenne radio ou tout autre endroit surélevé pour une visibilité maximale. Si vous plongez du rivage ou faites une longue baignade depuis le bateau, vous volerez le drapeau d’un flotteur de surface. Dans ce cas, votre drapeau devrait avoir un fil pour l’étendre dans la position «volant». Vous devrez également le monter d’au moins un mètre / trois pieds de haut afin que les plaisanciers puissent le voir dans l’eau agitée.

Les lois locales régulent votre distance par rapport au drapeau et jusqu’où les plaisanciers doivent rester éloignés. Pour les zones où aucune loi ne stipule ces distances, la règle générale est de rester à moins de 15 mètres / 50 pieds de votre drapeau et pour les bateaux de rester au moins 30 à 60 mètres / 100 à 200 pieds. En conclusion, n’affichez pas le drapeau de plongée, sauf si les plongeurs sont réellement dans l’eau. Votre instructeur sera tout sur les lois locales de drapeau de plongée.

Malheureusement, de nombreux plaisanciers ne savent pas ce que signifie un drapeau de plongée, et parfois ne le voient même pas (par exemple, quand ils viennent directement du vent et qu’ils s’en éloignent directement). Ces plaisanciers peuvent se rapprocher beaucoup plus de vous et de votre drapeau qu’ils ne le devraient, alors pensez pas que parce que vous avez un drapeau, tous les bateaux resteront à l’écart. Même avec un drapeau, il faut toujours se monter prudent. Si un bateau semble particulièrement proche, restez dans les profondeurs par mesure de sécurité jusqu’à ce qu’il quitte la zone. Rappelez-vous également qu’en tant que plongeur, vous avez l’obligation de rester dans la zone avec le drapeau. Vous ne pouvez pas vous plaindre d’un bateau qui navigue au-dessus de votre tête si vous êtes à 300 mètres / 1000 pieds de votre drapeau.

Comme mentionné dans la section deux, faites attention à la circulation des bateaux. En plus de rester près du drapeau, vous pouvez envisager de porter un tube de signal gonflable qui vous permet d’alerter les bateaux de votre présence dans l’eau.

Maintenir les bonnes habitudes pendant vos plongées, voici quelques rappels :

1. Nagez avec votre gilet stabilisateur bien remplis mais pas trop gonflez car cela crée une traînée inutile.
2. Palmer calmement et un rythme régulier et confortable. La nage surface vous fatiguera beaucoup plus que de nager sous l’eau, alors n’essayez pas d’aller aussi vite.
3. Positionner vous de façon hydrodynamique et gardez vos bras à vos côtés.
4. Utilisez votre tuba, respirez avec précaution pour éviter de vous étouffer avec de l’eau qui pourrait pénétrer dans le tuba à cause de petites vagues.
5. Gardez vos palmes sous la surface lors du palmage. Vous pouvez nager sur le côté ou sur le dos si les conditions le permettent.
6. Vérifiez votre position, votre direction et celle de votre binôme environ toutes les 30 secondes. Restez près de votre binôme, en maintenant un contact physique si nécessaire. Utilisez quelque chose au fond ou l’ancrage du bateau pour l’orientation. N’attendez pas d’avoir atteint le fond. Ajoutez de petites quantités d’air au fur et à mesure que vous descendez afin d’atteindre la partie inférieure flottante. Cela minimise les coups de pied et remue le fond.

Pour le contrôle et la référence, il est conseillé d’utiliser une ligne lors des descentes ou de suivre le contour du fond. Si vous descendez le long de la ligne d’ancrage d’un bateau, tenez la ligne à bout de bras pour ne pas le faire frapper quand le bateau monte et descend dans les vagues. Laissez votre bras pivoter vers le haut et le bas avec la ligne comme un amortisseur pour éviter d’être secoué.

Vous voulez descendre d’un effort minimal, tout en maintenant une flottabilité neutre, vous pourrez donc arrêter votre descente à tout moment. Maintenez le contact avec le binôme et orienté vous de manière à ne pas perdre votre référence et n’attendez pas d’atteigniez le fond. Ajoutez de petites quantités d’air au fur et à mesure que vous descendez afin d’atteindre une flottabilité neutre avant d’arriver au fond. Cela minimise les coups de palme qui remue le fond.

Jusqu’à présent, vous savez que la plongée est relaxante, mais loin d’être calme, et que vous devez être en bonne santé. Vous vous rendez également compte qu’il y a des moments où une activité intense entre en jeu. Vous devez donc avoir des niveaux de santé, une condition physique et un conditionnement suffisants pour gérer une activité modérément intense, qui peut inclure une urgence ou d’autres demandes physiques imprévues. Être en bonne santé permet d’assurer que vous pouvez répondre à ces demandes, ce qui à son tour affecte votre sécurité.

Les recommandations générales de santé pour la plongée suivent les mêmes recommandations que pour le repos et l’alimentation pour la vie quotidienne. N’utilisez jamais d’alcool, de drogues ou de tabac avant de plonger. L’alcool et les drogues, même en quantités qui ont un effet minime sur la surface, peuvent altérer votre jugement en profondeur. La pression peut augmenter leurs effets.

Aussi, l’alcool avant ou immédiatement après une plongée augmente également votre risque de maladie de décompression (comme évoqué dans les sections précédentes). Soyez prudent si vous buvez la nuit avant votre plongée; l’alcool a tendance à vous déshydrater, ce qui peut également vous prédisposer au mal de décompression.

Si vous prenez un médicament sur ordonnance, discutez de ses effets avec votre médecin avant de plonger. En cas de doute, ne plongez pas jusqu’à ce que vous n’utilisiez plus le médicament.

Évitez de fumer, ce qui a tendance à interférer avec un mode de vie actif. Fumer est indéniablement mauvais pour votre santé. Si vous fumez, abstenez-vous pendant plusieurs heures avant et après la plongée, car fumer diminue significativement l’efficacité de votre système circulatoire et respiratoire. Cela peut également favoriser la retention d’air dans vos poumons, augmentant théoriquement le risque de blessure pulmonaire, même en respirant normalement.

Ne plongez pas si vous ne vous sentez pas bien, y compris un rhume (comme vous l’avez appris dans la première section). Cela peut provoquer des compressions de l’oreille et des sinu. Plonger avec un rhume de poitrine peut produire une rétention d’air, avec un risque de lésion pulmonaire. Personne ne veut rater une plongée, mais vous devez être en bonne santé pour plonger en toute sécurité. N’utilisez pas de médicaments pour combattre les symptômes.

Maintenez un degré raisonnable de forme physique et faites un examen physique complet lorsque vous entrez en plongée et au moins tous les deux ans par la suite. Idéalement, vous devriez être examiné par un médecin compétent en plongée. Gardez vos vaccins à jour. Ceci est particulièrement important pour vos vaccins contre le tétanos et la typhoïde. Gardez une alimentation équilibrée et reposez-vous bien. Enfin, maintenez un programme d’exercice régulier. Vous n’avez pas besoin d’être un champion Olympique mais juste en bonne santé moyenne.

Vous savez maintenant que vous devez maintenir une flottabilité neutre pendant la plongée pour éviter le toucher le fond, afin de pouvoir vous détendre et manœuvrer facilement, et pour éviter les ascensions et les descentes rapides et incontrôlées. Lors de la dernière plongée en eau confinée, vous avez ajusté votre poids pour la flottabilité neutre à la surface. Pendant cette plongée, vous développerez davantage vos compétences de flottabilité.

Vous avez sans aucun doute trouvé que vous devez utiliser votre BCD pour ajuster et affiner la flottabilité lorsque vous descendez et montez, en raison de la compression de l’équipement et de la compression de l’air et de l’expansion de votre BCD. Lorsque vous modifiez votre flottabilité, que vous ajoutiez ou libérez de l’air : faites-le lentement. Les changements rapides rendent difficile le contrôle de la flottabilité et peuvent conduire à des ascensions ou des descentes fugitives.

Vous avez probablement utilisé principalement votre gonfleur à basse pression pour remplir votre BCD sous l’eau. Pour gonfler oralement votre BCD vous pourriez si vous aviez un problème de gonfleur basse pression par exemple prendre votre deuxième étage dans votre main droite et le gonfleur BCD dans votre main gauche. Prenez une respiration, retirez le détenteur et soufflez environ les deux tiers de cet air dans votre BCD, en actionnant les commandes comme vous l’avez fait en le gonflant oralement à la surface. Économisez suffisamment d’air pour vider le détendeur et n’oubliez pas de souffler un flot de bulles lorsque vous changez d’allée et de retour. Ne retenez jamais votre souffle. Faites-le jusqu’à ce que vous ayez suffisamment gonflé le BCD pour atteindre une flottabilité neutre.

Voici un aperçu des compétences et des procédures que vous pratiquerez lors de vos deux premières plongées en eau libre. La séquence à l’intérieur de chaque plongée varie en fonction de la logistique. Votre instructeur peut séquencer certaines compétences dans différentes plongées. Avant chaque plongée, votre instructeur vous informera de ce que vous allez faire et quand, avec d’autres informations dont vous avez besoin pour la plongée, comme des signaux de communication, une orientation environnementale, des procédures d’urgence, des règles de sécurité, etc. L’Open Water Dive 1 vous présente les compétences que vous utiliserez sur presque toutes les plongées, l’expérience de l’exploration sous-marine et les différences entre l’eau confinée et l’eau libre. L’Open Water Dive 2 s’étend sur ce sujet, vous pratiquerez certaines des compétences que vous avez maîtrisées pendant les plongées en eau confinée.

Open Water Dive 1
Aperçu
Briefing
Préparation de l’équipement
Enfiler et ajuster l’équipement
Vérification de sécurité avant la plongée
Descente contrôlée (max 12 mètres / 40 pieds)
Exploration sous-marine
Ascension
Sortie
Débriefing et longue plongée

Open Water Dive 2
Aperçu
Briefing
Préparation de l’équipement
Enfiler et ajuster l’équipement
Vérification de sécurité avant la plongée
Entrée
Flottabilité / vérification du poids

La plongée est une activité sécurisée mais le bon sens vous dit que lorsque vous êtes sous l’eau et dans l’eau, vous faites face à des dangers et à des risques. Les directives et procédures que vous apprenez dans le cours vous aident à minimiser et contrôler ces risque, mais jamais complètement les éliminer. Vous constaterez que si vous et votre ami plongez dans vos limites, planifiez vos plongées et suivez des pratiques de plongée en toute sécurité, vous éviterez des situations problématiques. Rester en bonne forme physique et maintenir vos compétences de plongée jouent également un rôle important dans la prévention des problèmes.

Néanmoins, si un problème survient, vous voudrez être en mesure de prendre soin de vous et de prêter assistance à un autre plongeur. Cette section vous présente certains des concepts de base de la gestion des problèmes de plongée. Dans cette sélection, vous apprendrez à prévenir et à répondre à des problèmes tels que la façon de reconnaître lorsqu’un plongeur a besoin d’aide, comment aider un autre plongeur, comment répondre aux problèmes sous l’eau et les procédures d’urgence de base avec un plongeur inconscient.

Gardez à l’esprit, cependant, que si vous envisagez de plonger là où l’assistance secondaire (secours, sauveteur, maître de plongée ou instructeur) est éloignée en terme de temps, de distance ou les deux, vous devriez suivre une formation supplémentaire en réanimation cardio-pulmonaire (CPR) et plongeur sauvetage. La formation en CPR et en secourisme fournit des compétences qui peuvent aider les autres, peu importe où vous êtes. Le cours d’Emergency First Response offert par PADI vous forme à la CPR et aux premiers soins d’urgence. L’Emergency First Response est disponible via les instructeurs PADI, les centres de plongée et les Resorts

Commencez toujours par la flottabilité, vous réduisez le risque immédiat en vous assurant que ni l’un ni l’autre ne coulera. Pour ce faire, idéalement lancer ou étendre une certaine flottaison au plongeur, mais si vous ne pouvez pas le faire, gonflez le BCD du plongeur et / ou jetez les poids. Une fois que vous avez établi la flottabilité, calmez l’individu en lui parlant, en l’encourageant et en le persuadant de se détendre.

Demandez au plongeur de respirer profondément et lentement pour rétablir le contrôle de la respiration et le contrôle de soi. Après un certain temps de repos et de récupération, si nécessaire, aidez le plongeur en utilisant le câble de la valve du réservoir ou la méthode du « tired-swimmer carry », que vous pratiquerez pendant la plongée en eau confinée 3.

Votre corps absorbe l’azote pendant une plongée. Après la plongée, votre corps peut tolérer un certain excès d’azote sans développer de maladie de décompression. La question est : comment connaissez-vous ce niveau, et comment ne pas le dépasser ?

Pour répondre à cette question, un physiologiste et un autre scientifique ont créé des modèles mathématiques de décompression qui suivent l’azote théorique que vous avez dans votre corps avant, pendant et après la plongée. Pour une utilisation pratique sur le terrain, ces modèles sont exprimés par des tables de plongée et dans des ordinateurs de plongée, qui, comme vous l’avez lu précédemment, vous servent principalement à déterminer votre temps maximum autorisé à des profondeurs données.

Le fait que vous dérivez votre temps de plongée limite votre modèle déposé AM explique pourquoi vous devez plonger de manière conservatrice et éviter les limites maximales. Votre table ou votre ordinateur fournit des modèles théoriques qui ne peuvent pas tenir compte des variations d’un individu à l’autre, il est donc prudent de rester dans les limites prévues par une table ou un ordinateur. Cela est particulièrement vrai si l’un des facteurs qui contribuent au mal de décompression (exercice vigoureux, froid, âge, etc.) s’applique à vous ou à la situation de plongée. Vous voulez rester bien dans les limites, AM prend des précautions supplémentaires pour éviter la contribution secondaire, vous ne pouvez pas changer votre âge, mais vous pouvez vous empêcher de vous déshydrater.

Donc, parce que les gens ne sont pas prédisposés aux maladies de décompression, aucune table de plongée ou ordinateur ne peut garantir que le mal de décompression ne se produira jamais, même si vous plongez dans les limites de la table ou de l’ordinateur. Il est toujours préférable de bien planifier les plongées dans les limites de la table et de l’ordinateur, surtout si des facteurs contributifs s’appliquent.

En tant que plongeur amateur, vous n’apprendrez aucune plongée de décompression. Cela signifie que vous planifiez vos plongées et que vous plongez pour pouvoir toujours remonter directement à la surface sans vous arrêter, mais sans risque significatif de maladie de décompression. Ceci est également appelé « no-stop diving », car vous n’avez pas à faire de stop, même si vous en avez l’habitude (pour en savoir plus à ce sujet rendez-vous à la section 5). En tant que plongeur amateur, vous planifiez toujours vos plongées comme aucune plongée de décompression.

Vous pouvez prévenir ou contrôler les problèmes sous-marins en
vous relaxant pendant que vous plongez
en surveillant de près votre alimentation en air
en plongeant dans vos limites.
Parmi les rares problèmes qui se produisent sous l’eau, les plus probables sont le surmenage, l’épuisement ou la raréfaction de l’air, la libre circulation du régulateur et l’enchevêtrement.

Dans la deuxième section, vous avez appris à prévenir le surmenage en bougeant et en respirant lentement et délibérément et aussi en vous stimulant. Vous avez également appris que si vous êtes surexposé, arrêtez toute activité, reposez-vous, relaxez et respirez lentement jusqu’à ce que vous repreniez votre respiration normale.

Sous l’eau, le surmenage peut vous donner une sensation de manque d’air, car la résistance respiratoire à travers le régulateur augmente à mesure que vous allez plus profond. Le surmenage est le problème, mais il peut sembler que votre détenteur ne livre pas assez d’air. En fait, vous exigez plus d’air qu’il n’en peut vous-en fournir. Comme vous vous en souvenez, vous revenez le surmenage (et la famine) en évitant les activités intenses, en vous ménageant.
Le manque d’air est probablement le problème le plus facile à éviter, et l’arrêt de l’air dû à un dysfonctionnement est extrêmement lointain. Pour éviter de courir trop bas, prenez l’habitude de vérifier fréquemment votre SPG. Il ne fonctionne que si vous le regardez.

Ces symptômes peuvent inclure des difficultés respiratoires, de la confusion, une baisse de la vigilance, un changement du niveau de conscience, une pensée trouble, des problèmes visuels, une paralysie et des douleurs thoraciques.

Gardez les voies respiratoires ouvertes et vérifiez la respiration. Si nécessaire, commencez et continuez la respiration artificielle et / ou la CPR. Observez le plongeur constamment, en vérifiant la respiration et le pouls. Si le plongeur ne nécessite pas de CPR ou de respiration artificielle, maintenez le à niveau sur le côté gauche soutenant sa tête (appelée la position de récupération). Ne laissez pas cette position interférer avec le transport ou autre. Un CPR n’est pas nécessaire si le plongeur est réactif et plus à l’aise couché.

Administrer de l’oxygène d’urgence si possible.

Gardez le plongeur immobile et maintenez une température corporelle normale en protégeant le plongeur de la chaleur ou du froid. Si vous ne pouvez pas accompagner le plongeur à un traitement médical, notez autant d’informations que possible et attachez-le à un endroit bien en vue.

5. Faites d’abord votre plongée la plus profonde et planifiez des plongées successives à des profondeurs progressivement moins profondes. Pendant une plongée, commencez au point le plus profond et travaillez de façon moins profonde. Comme recommandé par la communauté médicale de plongée, évitez d’aller de peu profond à profond. Les ordinateurs continueront à ne pas vous donner de temps de décompression si vous ne respectez pas cette directive, non pas parce que c’est correct, mais parce que c’est mieux que pas de données du tout. Évitez de faire plusieurs plongées profondes avec de courts intervalles de surface entre eux.

6. Restez bien dans les limites de l’ordinateur. Essayez toujours d’avoir cinq minutes ou plus sans décompression. Si vous laissez cela proche de zéro, vous avez poussé les limites même si vous avez beaucoup de temps sans arrêt lorsque vous montez à une profondeur moindre.

7. Si votre ordinateur se ferme, vous devrez peut-être arrêter de plonger pendant 12 à 24 heures. Si il se ferme pendant une plongée et que vous restez bien dans les limites de non-décompression, montez immédiatement à 5 mètres / 17 pieds, faites un arrêt de sécurité pendant cinq minutes ou plus et faites surface. Vous ne pouvez pas simplement saisir un autre ordinateur car il ne saura pas combien d’azote résiduel vous avez. Suivez les instructions du fabricant.

8. Prenez le RDP pour sauvegarde lors des voyages de plongée afin que vous puissiez reprendre la plongée le jour suivant si votre ordinateur tombe en panne. Si votre ordinateur tombe en panne et que vous suivez vos profondeurs et vos temps et que vos plongées restent dans les limites de RDP, vous pouvez continuer à plonger en utilisant le RDP. Sinon, vous devrez probablement attendre le lendemain pour que l’azote résiduel disparaisse avant de reprendre la plongée. Bien que ce soit les ordinateurs que vous avez besoin d’avoir, vous ne pouvez pas les louer, ne comptez pas dessus. Prenez votre RDP pour être sûr de ne pas manquer. De préférence, prenez « The Wheel » pour planifier des plongées à plusieurs niveaux qui maximisent votre temps sans arrêt.

9. Continuez de penser. Les ordinateurs de plongée peuvent échouer comme n’importe quel autre équipement. N’acceptez pas aveuglément tout ce que votre ordinateur dit, surtout quand il semble très éloigné de l’ordinateur d’un ami ou de votre expérience précédente. Lisez les instructions du fabricant complètement avant d’utiliser votre ordinateur, et suivez ce qu’elles disent. Vous pouvez en apprendre plus sur la théorie et l’utilisation des ordinateurs de plongée dans le cours PADI Multilevel Diver.

Book Now